Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 18:54
Avant-dernière partie de cette bizarre petite nouvelle...

Bonne lecture !
@+


2 avril 2109, Oïmiakon, 00h13

 

            Katrin est morte. Il ne reste plus que Pierre et moi. Je sais pas comment c’est possible après avoir vu Katrin s’étouffer dans des glaires pleins de sang, mais j’ai eu faim tout à l’heure. Quelques biscuits traînaient encore dans le speedster. Je me suis vautré dans le fauteuil du pilote, j’ai posé les pieds sur le tableau de bord et j’ai regardé par la vitre. La nuit était profonde et même avec les lumières allumées à l’intérieur du speedster on n’y voyait pas à dix mètres. Des ombres frôlaient les bords du cercle éclairé, mais elles avaient la prudence de ne pas se laisser voir. Le pire dans tout ça c’est peut-être qu’on ne les a jamais vraiment vus. Ils sont dehors, ils ont tué Dorian, puis Kurt, ils ont mordu Sven et Katrin pour les infecter avec leur saloperie de poison, mais on ne sait pas vraiment à quoi ils ressemblent. Ils ont l’air humain, mais ils ne le sont pas, j’en suis sûr. Ils sont sortis de la brume jaunâtre, cette brume qui a crâmé les gerbilles en quelques secondes. Ils sont sortis pour nous massacrer.

            J’essayais paresseusement de les voir quand Pierre m’a rejoint. Il s’est affalé dans le fauteuil du copilote et il m’a piqué un biscuit. Ses yeux fouillaient la nuit de l’autre côté de la vitre, un peu hagards, tandis qu’il mâchait distraitement. Il était torse nu malgré le froid et j’ai découvert qu’un énorme tatouage suivait les courbes de son ventre musclé. C’était un serpent d’un réalisme effrayant, lové là comme s’il dormait.

            - Je pense que ce truc est l’entrée de l’Enfer, a-t-il dit.

            D’habitude je le comprenais parfaitement, mais là son accent français était à couper au couteau. J’ai failli lui faire répéter, mais les mots se sont mis en place et j’ai compris. J’ai fait un geste dubitatif.

            - Kurt avait plutôt l’air de penser à une porte vers une autre dimension.

            Pierre a haussé ses épaules musclées.

            - C’est la même chose, a-t-il décrété.

            Je n’ai pas protesté. Peut-être bien qu’il a raison.

            - Katrin est morte.

            Il était occupé à l’autre bout du speedster pendant qu’elle agonisait. Mais apparemment il lui avait jetée un œil avant de me rejoindre, car il a hoché la tête comme s’il était déjà au courant.

            - Nous aussi, on est mort, a-t-il rétorqué.

            Encore une fois je n’ai pas trouvé quoi répondre. Pierre a poussé un profond soupir.

            - J’ai toujours su que je crèverais comme ça. Cerné. Piégé. C’est bizarre, non ?

            J’ai détourné les yeux sans rien dire. Ce qu’il a dit ensuite m’a positivement stupéfait.

            - Mais je suis content de crever avec toi. Je sais que je me suis toujours comporté comme un sale con avec toi, mais crois-le ou non, tu étais mon préféré de la bande. Les autres se croyaient tous invincibles. Toi tu as les pieds sur terre, je l’ai tout de suite senti. J’ai jamais pu encadrer les mecs qui se croient à l’abri de tout. Personne n’est à l’abri de tout, personne à part Dieu.

            Je ne le savais pas croyant. C’était sûrement tout récent. Ce qui nous cernait, rampant dans l’ombre, avait de quoi réveiller bien des fois endormies. Il a posé sa grosse main sur mon épaule.

            - Je suis content de t’avoir connu, Tarek.

            Je crois bien que je l’ai fixé une minute sans savoir quoi faire. Lui tomber dans les bras ? Lui rappeler toutes les insultes racistes qu’il m’avait balancées à la gueule depuis que je le connaissais ? Le tuer peut-être ? Finalement j’ai tapoté son bras avec embarras.

            - Moi aussi, Pierre.

            Il m’a souri.

            - J’ai posé des charges dans tout le speedster. S’ils sont encore là demain matin, je les fais exploser.

            Je crois que j’ai blêmi. Brusquement sa main sur mon épaule m’a paru peser des tonnes. J’ai dégluti, lentement, puis j’ai hoché la tête.

            - Bonne idée.

            Ma voix n’était qu’un filet, mais ça lui a suffi. Il a hoché la tête à son tour et il est ressorti de la cabine de pilotage, son sourire vissé aux lèvres.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anaïs Cros - dans Textes
commenter cet article

commentaires

Lothar 02/06/2009 21:38

Bien evidemment que tu peux te lancer sans problème dans le style "horreur", tu nous as déjà montré que tu t'y débrouilles très bien ;o)
En tout cas là j'ai trop envie de savoiiiir ! Je vais me jeter sur la fin ^^

Anais 29/05/2009 08:29

Hey ! C'est cool si ça fonctionne ! Je vais peut-être me lancer dans le genre horreur alors. Stephen King n'a qu'à bien se tenir ! :mrgreen:

Egyptia 28/05/2009 16:20

Brrr, ça file les chocottes ! Et ça me donne froid en plus ^^

Anais 27/05/2009 16:12

Hé hé hé. Voilà une réaction qui me plaît. :mrgreen:

Dharmakylune 27/05/2009 15:13

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah nooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooon FBI !!!

Présentation

  • : Les Lunes de Sang
  • Les Lunes de Sang
  • : Je suis auteur et le but de ce blog est de communiquer avec mes lecteurs, autour de ma série de fantasy Les Lunes de Sang et de mon roman fantastique La Mer des Songes, mais aussi de futures publications éventuelles, de manifestations auxquelles j'aurais l'occasion de participer, etc. Pour en savoir plus sur mes romans, n'hésitez pas à cliquer sur les catégories qui portent leur nom. Et pour me contacter, laissez un commentaire. Je reviendrai vers vous dès que possible. Merci de votre visite !
  • Contact

Mes romans

les lunes de sang MB 01

 

lokomodo La Lune Noire

 

Lune de sang3 lokomodo 2012b

 

Lokomodo crepuscules 2013

 

Mer des Songes couv-blog