Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 21:17
J'ai essayé de respecter les voeux des uns et des autres (du moins, ceux qui étaient réalisables dans l'immédiat). :o)
Einsam, tu auras ton ellipse, puisqu'il n'y aura pas d'épisode ce week-end. ;o)

Bon week-end  à vous et à lundi pour la suite !
@+


27 mars 2109, Oïmiakon, 22h

 

            J’ai l’impression que je vais m’écrouler. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la journée a été riche en émotions. J’aurais jamais cru que je dirais ça un jour, mais heureusement que Pierre était là. Putain, je tremble encore et c’est pas juste une figure de style. C’est à peine si j’arrive à écrire.

            Kurt nous a envoyés explorer les alentours cet après-midi. Il voulait qu’on profite des quelques heures de jour pour s’assurer qu’on est vraiment tout seul. A se demander s’il a pas eu une prémonition… En tous cas il a rien trouvé de mieux à faire que nous organiser en duo et je me suis retrouvé avec le Français. J’ai clairement fait la gueule, mais ça a pas eu l’air de déranger Pierre. Il a pris un de ses fusils lasers et il m’a traîné dans son sillage.

On avait été chargé du secteur sud de la ville et on n’a pas tardé à s’éloigner du centre. Les maisons se sont rapidement espacées et on s’est bientôt retrouvé dans la forêt. Quand je dis forêt, je suis généreux. C’est plutôt une espèce de toundra avec des arbres rabougris de temps en temps qui essayent désespérément de pas crever de froid. Y avait pas mal de neige et je m’enfonçais jusqu’aux genoux par endroit. Ca me gonflait d’être là et de dépenser mon énergie pour ça, alors je traînais en arrière. Pierre était à une vingtaine de mètres devant moi et il marchait de son pas de militaire. On a peut-être progressé une demi-heure comme ça.

Je sais pas pourquoi je suivais pas sa piste. Ca aurait été plus facile et en plus il vérifiait le sol sous ses pas avec un mini-scanner. Je crois que je m’étais éloigné pour pisser et ensuite j’ai voulu couper pour le rattraper. Tout à coup ça s’est refermé sur ma cheville. La douleur m’a transpercé comme un éclair. J’ai hurlé. J’ai failli m’écrouler, mais je pouvais pas. Quelque chose retenait ma jambe. Je me suis débattu, j’ai tiré de toutes mes forces, mais y avait pas moyen de faire lâcher cette saloperie. Et je hurlais comme un malade. Je m’en rendais compte, mais impossible de refermer ma gueule. Mes cordes vocales avaient échappé à mon contrôle. La douleur me rendait dingue.

Pierre est revenu vers moi en courant. Je m’en suis aperçu quand il s’est brusquement retrouvé à côté de moi. Il a dirigé le scanner sur ma jambe, a jeté un œil à l’écran et l’a fourré dans sa poche. « Bouge pas, abruti ! » C’est ce qu’il m’a balancé. Et puis il s’est agenouillé à côté de moi et il s’est mis à creuser la neige. En quelques secondes il a dégagé le piège à loup qui s’était refermé sur ma cheville. J’avais enfin réussi à me taire et j’ai failli me remettre à brailler à cette vue. Heureusement j’ai réussi à me contrôler. Il a glissé le canon de son fusil entre les mâchoires d’acier et il a poussé de toutes ses forces. Son visage est devenu rouge et il a soufflé plusieurs fois. Et puis il a réussi. L’étau a relâché ma jambe. J’ai voulu m’écarter, mais la douleur m’a coupé toute force et je me suis effondré. J’étais à moitié dans les vapes. Pierre a examiné ma jambe. Il sorti une bande de tissus de son sac et il l’a enroulé autour de la blessure pour la protéger. Depuis notre départ je me demandais pourquoi il s’emmerdait à trimballer un sac. Je peux vraiment être con parfois.

Après m’avoir soigné, il m’a fait avaler un coup de gnole et j’ai commencé à me ressaisir. A mon grand étonnement, il se foutait même pas de moi. Au contraire, il était plutôt attentif et j’aurais jamais cru que ce gros balèze serait capable de faire preuve d’une telle douceur. Mais bon, je vais pas commencer à m’étaler sur ses qualités.

Il a paru inquiet après avoir jeté un coup d’œil au piège à loup et après y avoir réfléchi, j’ai fini par comprendre pourquoi. C’était pas un vieux truc qui traînait là depuis des lustres. L’acier était neuf et brillant, comme si on l’avait installé la veille. Kurt avait eu raison de s’inquiéter. On n’est probablement pas seul.

Pierre a voulu contacter les autres par radio pour qu’ils viennent nous chercher avec le speedster, mais quelque chose brouillait le signal. Impossible de faire marcher ce foutu engin. Quand je pense que le vendeur nous avait certifié qu’il marcherait dans n’importe quelles conditions, même au fond des abysses, même sur la Lune. Salopard de menteur.

J’étais incapable de tenir debout tellement j’avais mal. La douleur me rongeait comme un acide, vrillant chacun de mes nerfs, grignotant mes entrailles, aspirant mes forces. J’avais l’impression que je me vidais de mon sang, j’étais persuadé que j’allais mourir. Quel minable...

Finalement Pierre a décidé qu’il allait me porter. Il était penché sur moi, prêt à me soulever, quand j’ai vu quelque chose bouger derrière lui. J’ai juste réussi à gémir et à tendre le doigt, mais il a tout de suite pigé. Dans le même mouvement, il m’a lâché, a chopé son fusil et s’est mis en position de tir. Je me suis redressé sur un coude. Il fallait que je vois.

Mais j’ai rien vu du tout, à part une ombre qui s’évanouissait. Pierre a cherché un moment sa cible dans son viseur. Il a toujours prétendu qu’il pouvait descendre un papillon à un kilomètre avec ce truc. Il n’a pas trouvé son papillon cet après-midi. Il est resté aux aguets un bon moment, mais je commençais à tourner de l’œil et il a fini par se décider à rentrer. Il m’a porté jusqu’ici. Ca lui a pris plus d’une heure, mais il a pas bronché une seule fois. Ca me tue d’avoir à penser ça, mais j’ai une dette envers lui.

Dorian m’a examiné et il a dit que c’était pas trop grave. Une fracture et quelques litres de sang en moins. Rien que ses soins experts ne puissent réparer en quelques jours. Normalement je devrais pouvoir remarcher sans béquille d’ici cinq jours. En attendant je suis immobilisé jusqu’à demain.

Bon dieu, quel choc ça m’a fait… Même si j’ai prétendu devant les autres que ça allait j’en suis toujours pas remis. Et puis j’arrête pas de me poser des questions : à qui appartenait cette silhouette que j’ai vue ? Est-ce que c’est la même personne qui a posé le piège à loup tout neuf ? Si oui, pourquoi a-t-elle fait ça ? Pourquoi ? Et surtout qui est-ce ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Anaïs Cros - dans Textes
commenter cet article

commentaires

Dharmakylune 03/04/2009 11:05

aaaaaaaaaaaaaaah la suite

Anntoria 28/03/2009 08:54

Génial ! De l'action, du sang, des blessés !! lol
Encore !!

Einsam 27/03/2009 22:10

Je vais passer pour une grosse sadique (ce qui en soit n'est pas totalement faux niark niark niark ^^) mais J'ADORE ce passage ! Très flippant, tant par la présence incongrue de ce piège à loup tout neuf, cette silhouette qui s'est évanouie si mystérieusement dans le brouillard (mais quand même, un papillon à un kilomètre, faut l'faire !!!).
"j'étais persuadé que j'allais mourir. Quel minable..." : ça me fait penser à un sketch de Florence Foresti sur les mecs. Dès qu'ils ont le moindre petit bobo, ils sont persuadés qu'ils vont mourir dans d'atroces souffrances etc. Trop mdr.
Pour ce qui est de l'ellipse, j'ai dit "à moins que tu ne trouves quelque chose à placer dans l'intervalle". Bon ben voilà c'est bon, y'a pas de quoi pondre une pendule ^^
Ce qui serai sympa, c'est qu'au cours de l'aventure, un jour lointain (ou pas, hein, c'est toi qui vois...) notre héros ait l'occasion de rembourser sa dette à Pierre (j'imagine un peu la réaction d'icelui : tout étonné, il regarde son sauveur les yeux bien écarquillés dans une expression perplexe, et le personnage principal qui répond un truc du genre : tu m'as sauvé la vie, tu te souviens ? alors maintenant on est quitte et on continue à se détester comme avant, OK ?) (mais bon, c'est mon trip, si t'as envie de le reprendre, fais-toi plaisir, et si non, ben fais-toi plaisir aussi ^^)

Présentation

  • : Les Lunes de Sang
  • Les Lunes de Sang
  • : Je suis auteur et le but de ce blog est de communiquer avec mes lecteurs, autour de ma série de fantasy Les Lunes de Sang et de mon roman fantastique La Mer des Songes, mais aussi de futures publications éventuelles, de manifestations auxquelles j'aurais l'occasion de participer, etc. Pour en savoir plus sur mes romans, n'hésitez pas à cliquer sur les catégories qui portent leur nom. Et pour me contacter, laissez un commentaire. Je reviendrai vers vous dès que possible. Merci de votre visite !
  • Contact

Mes romans

les lunes de sang MB 01

 

lokomodo La Lune Noire

 

Lune de sang3 lokomodo 2012b

 

Lokomodo crepuscules 2013

 

Mer des Songes couv-blog