Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 10:42
Bonjour !

Suite et fin de la nouvelle !
J'attends vos commentaires ! :o))

Bonne journée !
@+


                                                                                                5



             La détonation est si violente que mon cœur fait un bond dans ma poitrine et le recul est si brusque que j’ai toute la main engourdie. Je laisse tomber le flingue et contemple mon œuvre avec horreur. Après un dernier soubresaut, le mec s’est immobilisé. Il a un joli trou fumant au milieu du front, au bord noirci, dont s’écoule très peu de sang. Il a les yeux grands ouverts sur le ciel nocturne et le plus bizarre, c’est que la peur et la crainte qui s’y tapissaient ont laissé la place à du soulagement et de l’apaisement. Je suis en train de comprendre que de nous deux c’est lui le plus chanceux, quand elle se met à applaudir avec satisfaction. Au même instant, une fenêtre s’ouvre dans un des immeubles au-dessus de nous et j’entends un cri d’effroi. Sans attendre, elle prend ma main et m’entraîne en courant.

            On court presque tout le long du chemin jusque chez moi. Quand on arrive enfin en bas de mon immeuble, je suis hors d’haleine et j’ai les jambes en coton. Pendant toute cette longue course j’ai eu le temps de réaliser ce que j’ai fait et je suis submergé par la terreur. Elle a fait de moi un assassin. J’ai tué un type, quelqu’un que je connaissais même pas, qui m’avait absolument rien fait, je l’ai assassiné de sang-froid. Y a quelque chose en moi qui se glace, un frisson d’horreur absolue qui me parcourt des pieds à la tête.

            Je sais pas trop comment, on se retrouve bientôt dans mon salon. Incroyablement joyeuse, elle me jette sur le canapé, grimpe sur moi et me couvre de baisers et de caresses. Je me laisse d’abord faire, un peu anxieux, et puis j’oublie, je m’oublie. La façon dont elle me fait l’amour, c’est pas descriptible. Elle me dévore, elle m’épuise, elle me vide, ça fait mal et en même temps c’est une extase inimaginable. Je grimpe au septième ciel, j’en peux plus, au point qu’elle est obligée d’étouffer mes cris sous sa douce main.

            Quand c’est fait, elle reste un moment couchée sur moi et puis elle se lève brusquement en déclarant qu’elle a faim et qu’elle va nous mijoter quelque chose. J’acquiesce sombrement, je ne suis plus heureux comme au début, je sais que tout est foutu pour moi. Elle le sait aussi et ça la fait rire toute seule tandis qu’elle s’affaire dans ma cuisine. L’esprit embrumé, je titube jusqu’à la salle de bain, soulève machinalement la lunette des chiottes et me soulage bruyamment. Je tire la chasse d’eau dans un de ces gestes si mécaniques qu’on est ensuite incapable de se rappeler si on les a accomplis ou pas et je me retourne pour sortir. Là je suis si surpris que je fais un bond en arrière.

            Une main sur le cœur, je secoue la tête pour moi-même avec un petit rire nerveux. C’est rien qu’un chat qui est assis devant la porte de la salle de bain, un chat qui ressemble bizarrement à celui qu’on a croisé au square. D’abord je me demande juste comment il a pu rentrer alors que la fenêtre est fermée et puis je m’aperçois qu’il y a une espèce de long poignard à l’apparence ancienne posé devant lui et je commence à flipper.

            - Tu as une dernière chance de te racheter. Il faut la tuer.

            J’écarquille les yeux avec incrédulité. Le chat vient de me parler. Il a pas ouvert sa petite gueule de chat avec son nez rose, mais sa voix a résonné directement sous mon crâne. Je lui demande qui il est en bredouillant. Morphée, c’est son nom. Et elle, c’est la Voleuse de Sommeil. Il m’explique qu’elle m’a manipulé pour que j’accomplisse sa volonté, c’est-à-dire tuer sa dernière victime en date, il me dit que je subirai tôt ou tard le même sort si je ne saisis pas cette chance de briser son emprise. Il me laisse entendre qu’en me faisant tuer cet homme et en me faisant l’amour, elle m’a volé ma capacité à trouver le sommeil, elle l’a dévorée, elle s’en est nourrie. Ma seule chance de pouvoir dormir à nouveau un jour, c’est de l’aider lui, Morphée, à se débarrasser de son ennemie.

            Je regarde le chat avec ma plus belle tête d’ahuri et en même temps je peux pas m’empêcher de repenser au mec que j’ai buté. Il avait bel et bien la gueule de quelqu’un qui a pas dormi depuis des lustres et que ça a mis au bout du rouleau. Est-ce que je vais vraiment finir comme ça ? Je peux pas y croire. Le chat pousse un profond soupir. Il dit que c’est toujours ça le problème, qu’on le croit pas lui alors que ses artifices à elle marchent toujours. Je l’entends se demander pourquoi les gens ont plus foi dans les illusions de la veille que dans celles du sommeil. Ca l’emmerde visiblement et il se met à lécher les coussinets d’une de ses pattes avec agacement.

            Comme je reste à le regarder sans réagir, il finit par me demander ce que je décide. Je hausse les épaules, j’en sais rien. Il me rétorque que les humains sont chiants, incapable de choisir ce qui est bon et nécessaire plutôt que ce qui est séduisant et destructeur. Il me dit qu’il en a marre d’essayer de sauver des têtes de mule qui se fichent de ses efforts. Sa queue de chat fouette l’air derrière lui, montrant qu’il est vraiment en colère. Il me demande si je sais combien de milliers de gens elle a déjà tué comme ça. Il me demande si j’ai vraiment envie de figurer sur la liste, un énième petit nom sur l’interminable parchemin, ou si j’ai les couilles de devenir celui qui aura mis un terme à tout ça. Je sais pas quoi répondre.

            - Mon chéri, tu viens manger ?

            Sa voix. Si belle, si douce, si désirable. Repenser à la façon dont elle m’a fait l’amour… Est-ce que ça vaut le coup de perdre le sommeil pour gagner ça ? Je crois que oui. De toute façon dormir, ça sert à rien. Je jette un regard désolé au chat, le contourne et pars la rejoindre. Crétins d’humains. C’est ce que j’entends dans ma tête.

 

 

 

           
Le type est sur mes talons. Je sais que c’est inéluctable, qu’il finira forcément par me rattraper, mais je peux pas m’empêcher d’essayer de lui échapper. Mon corps est tellement épuisé que je titube à chaque pas, mais je continue à courir. J’ai pas dormi depuis un mois, mes yeux me brûlent tellement que je supporte plus de sortir que la nuit et dans les endroits pas trop éclairés. Ma respiration déchire mes flancs, mes jambes sont comme des poteaux, mon énergie diminue à une vitesse folle.

            Et brusquement il y a la détonation. Ce con n’a même pas pris la peine de me rattraper. Je sens un petit choc au milieu de mon dos. C’est bien visé, la balle vint se loger juste dans mon cœur. Je tombe en avant et mon visage s’écrase sur le trottoir ruisselant. Il y a eu un éclair de douleur horriblement intense, mais je sens déjà plus rien. Ma peur s’évapore, je me sens heureux. Enfin, enfin je vais retrouver le sommeil. Cette garce ne peut pas me prendre ce sommeil là, celui-là il m’appartient et je savoure chaque palier de ma plongée dans ses entrailles. C’est avec une intense délectation que je meurs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anaïs Cros - dans Textes
commenter cet article

commentaires

Dharmakylune 26/02/2009 12:33

prenant et surprenant !

Alex 05/01/2009 15:26

Ben j'avoue que le langage grossier au début me dérangeait, ça change du langage un peu plus soutenu des lunes de sang, mais apès qqs lignes, on se rend compte que c'est volontaire et non une négligence qui est bien utile pour se mettre très rapidement dans une nouvelle courte (trop courte ;) ) ...
Je dis juste, vivement les suivantes dans le même style !
J'ai aussi lu Neo Slave (oui je rattrape mon retarde de lecture) et pareil, j'adore les fins qui sortent de l'ordianire un peu inattendues, et en plus ça nous laisse une grande ouverture, l'histoire n'est pas finie, les méchants/gentils ne sont pas morts, à nous de continuer l'histoire dans nos reves !! excellent !!!
PS : suis en train de regarder pas mal de films Japonais, faudrait que je te les file, ils ont aussi des histoires un peu gore/space/originale j'aime bien , ça change des modèles due superhéros américain où tout se termine toujours bien ^^ Enfin on en reparlera !

Anaïs 05/01/2009 12:04

Merci, Alex !
Trop d'bonheur que ça t'ait plu, d'autant que je sais que tu n'hésites pas quand tu as des critiques ! C'est cool ! :o)))

Alex 02/01/2009 11:07

Crétins d'humains ... mais il a eu raison de préférer la destruction, c'est toujours mieux !! ET puis ça sert à rien de dormir ! lol
J'aime bien le style et le vocabulaire, un peu grossier, ça nous permet de bien plonger dans l'envirronnement des bars et de la vie nocturne !! Excellent
J'adore aussi la fin qui nous laissse plein d'ouvertures ... y aura un homme capable de résister ? de fuir ? de ne pas tuer pour le palisir ??
ET des descriptions toujours aussi fantastiques !
C'est quand mon tour ? Que la sonnette sonne à 2h du mat ?? mouahahahaha

Anaïs 11/12/2008 19:38

Merci beaucoup ! Trop cool ! :oD

Présentation

  • : Les Lunes de Sang
  • Les Lunes de Sang
  • : Je suis auteur et le but de ce blog est de communiquer avec mes lecteurs, autour de ma série de fantasy Les Lunes de Sang et de mon roman fantastique La Mer des Songes, mais aussi de futures publications éventuelles, de manifestations auxquelles j'aurais l'occasion de participer, etc. Pour en savoir plus sur mes romans, n'hésitez pas à cliquer sur les catégories qui portent leur nom. Et pour me contacter, laissez un commentaire. Je reviendrai vers vous dès que possible. Merci de votre visite !
  • Contact

Mes romans

les lunes de sang MB 01

 

lokomodo La Lune Noire

 

Lune de sang3 lokomodo 2012b

 

Lokomodo crepuscules 2013

 

Mer des Songes couv-blog