Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 11:44
Bonjour !

L'histoire continue... :o)

Bonne journée !
@+


                                                                                                       3


          On est encore à l’autre bout de la vaste salle enfumée que je me rends compte que j’ai pas tellement confiance en moi au final et que ce serait pas mal qu’on puisse négocier tranquillement sans en venir aux mains. Y a quelque chose en moi, une espèce d’instinct de conservation à la con, qui a pas trop envie de se faire tabasser, même pour les beaux yeux de ma nouvelle idylle. Je suis un peu étonné en découvrant que plusieurs des types s’écartent à notre vue et qu’il y en a même un ou deux pour afficher un air inquiet. Conscient que c’est sûrement pas de moi qu’ils ont la trouille, je pose un regard nouveau sur ma compagne. La colère a remplacé la tristesse sur son beau visage et je peux pas m’empêcher de penser que ça lui va encore mieux.

            D’un pas décidé, elle marche droit vers le barman derrière son comptoir et je vois clairement le type déglutir. Elle lui demande sèchement où est Fred. Le mec fait mine de pas comprendre. Elle donne un violent coup de poing sur le bar. Merde, c’est vrai qu’elle ferait presque peur. A contrecœur et du bout des lèvres, le mec finit par lui donner le nom d’un autre bar. Sans un mot, elle chope ma main et me tire à nouveau dehors. En deux secondes on se retrouve à marcher sous la pluie.

            Pendant un moment j’ose rien dire et puis je me risque à remarquer sur un ton qui se veut humoristique qu’elle a un sacré caractère. Elle me décoche un sourire moitié embarrassé moitié fier qui fait se liquéfier ce qui reste de mon cœur. Elle me dit qu’elle est prête à tout pour retrouver son fils. J’approuve, je lui jure que je la laisserai pas tomber. J’ai à peine dit ça qu’elle m’attire à nouveau sous un porche. J’ai droit à un nouveau baiser de taré et j’ai l’impression de sentir tous mes neurones griller les uns après les autres tellement c’est bon. Quand je me redresse, complètement sonné, béat, elle me tend quelque chose. Je le prends machinalement et sursaute en constatant que c’est un flingue.

            Un peu secoué, je regarde son visage noyé d’ombres sans comprendre. Elle me sourit, un putain de sourire enjôleur qui damnerait un saint, et caresse doucement ma joue. Elle me demande jusqu’où je serais prêt à aller pour elle. Avant que je réponde, elle rajoute que je sais, bien sûr, qu’elle serait pas ingrate si je l’aidais vraiment. Elle m’offrirait tout ce qu’elle a, elle se donnerait entièrement à moi. Est-ce que j’aurais envie qu’elle se donne à moi ?

            Je sais même pas comment, je finis à genoux devant elle, prosterné à ses pieds, en train de lui faire tous les serments qu’elle veut. Oui, j’ai envie qu’elle se donne à moi. Putain, j’en crève tellement je la désire. Il faut qu’elle mette fin à cette torture. Je ferai tout ce qu’elle voudra. Je suis prêt à tout pour elle. A tout. Je l’aime.

            Elle prend mon visage dans ses mains douces et elle me remet debout. J’ai toujours le flingue dans mon poing serré et sur un signe d’elle je le glisse dans ma poche. Elle me dit que je devrai bientôt me rappeler mes serments. Je réponds avec toute la solennité dont je suis capable que ce sera sans problème. Alors elle m’embrasse encore et je plonge dans une extase que j’ai jamais connue même dans le plus génial de mes orgasmes. Je meurs entre ses bras et je renais dans une existence qui lui est maintenant entièrement dévouée. Je suis son esclave et le pire c’est que ça me transcende. C’est limite si je me sens pas indigne d’elle.

            On se remet à avancer et je marche aussi près d’elle que possible. De temps en temps elle me repousse un peu avec un rire faussement agacé et je me contente de sourire comme un idiot, définitivement soudé à elle. On traverse plusieurs rues à peu près désertes, on passe à côté d’un clodo qui se retourne avec un grognement sur sa couche improvisée, d’une fenêtre ouverte nous tombent les cris d’une sérieuse engueulade entre un homme et une femme, des petits cons s’amusent à faire crisser les pneus d’une bagnole, un peu plus loin un type est en train de gerber sur le trottoir, bourré. On fait un détour pour l’éviter. Aucun de ces petits détails sordides de la nuit citadine ne me dérange, je m’en fous, je l’ai, elle. Elle est ma lumière. J’ai pas envie de dormir.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anaïs Cros - dans Textes
commenter cet article

commentaires

Dharmakylune 26/02/2009 12:08

c'est vraiment intrigant !

Anntoria 10/12/2008 10:31

Mais qu'est-ce qu'elle a de plus que nous ? lol

C'est sûr c'est une "méchante" !! Mais que va-t-elle lui faire ??

brisheart 09/12/2008 15:50

RHO la coquine!!!-) je m'attend a tout avec toi donc... je vais pas m'imaginer la fin tout de suite!!-)

Anaïs 09/12/2008 15:33

Toutes des s... !
Comment ça j'ai un problème avec les personnages féminins ? :mrgreen:

Lothar 08/12/2008 12:56

De plus en plus stressant car je me demande de plus en plus ce qu'elle va lui faire faire et ce qu'il va arriver au gars ^^
En tout cas la fille est une sacrée garce ! lol

Présentation

  • : Les Lunes de Sang
  • Les Lunes de Sang
  • : Je suis auteur et le but de ce blog est de communiquer avec mes lecteurs, autour de ma série de fantasy Les Lunes de Sang et de mon roman fantastique La Mer des Songes, mais aussi de futures publications éventuelles, de manifestations auxquelles j'aurais l'occasion de participer, etc. Pour en savoir plus sur mes romans, n'hésitez pas à cliquer sur les catégories qui portent leur nom. Et pour me contacter, laissez un commentaire. Je reviendrai vers vous dès que possible. Merci de votre visite !
  • Contact

Mes romans

les lunes de sang MB 01

 

lokomodo La Lune Noire

 

Lune de sang3 lokomodo 2012b

 

Lokomodo crepuscules 2013

 

Mer des Songes couv-blog