Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 15:45
Bonjour !

La suite tant attendue ! (lol)
Et demain c'est la pause dominicale. C'est tellement de travail de poster des bouts de nouvelle, j'ai besoin du dimanche pour m'en remettre. ;o)

Bonne fin de journée !
@+


                                                                                             2


           Le temps de m’habiller et je suis dehors avec elle. Je m’en étais pas rendu compte depuis mon lit, mais il pleut, une sale pluie fine et insistante, froide. Elle me demande si j’ai une bagnole et paraît déçue quand je fais signe que non. Elle hausse les épaules. Tant pis, on marchera. Je lui propose de prendre un taxi, je lui dis que je payerai, mais elle décline mon offre, arguant soudain qu’elle préfère se dégourdir les jambes, que ça la calme de marcher dans la nuit. J’essaye de l’interroger sur ce qui s’est passé exactement avec son mec, mais elle me répond pas. Finalement on continue à marcher vers le centre ville dans un silence pensif.

            La nuit est calme. On est en semaine, y a quasiment personne dehors. Les lampadaires dessinent des tâches lumineuses sur le trottoir d’un noir d’encre, le ciel est invisible derrière la pollution et le trop plein de lumières, les bagnoles garées le long des rues forment des ribambelles sombres et luisantes, les immeubles sont comme des gigantesques écueils sur lesquels vient se briser la vue, y a quelques arbres rachitiques, pas à leur place dans le béton. On passe à côté d’un square minable aux bosquets maigrichons, au sable dégueulasse, aux bancs taggués, qui sent la pisse et l’humidité. Assis sur un des bancs, sa queue enroulée autour de son corps, un chat nous regarde passer avec indifférence, portant dans ses yeux étranges tout le mystère de cette nuit pourtant semblable à toutes les autres.

            Le quartier est réputé mal famé, mais on croise personne. De toute façon j’ai pas peur. Avec une fille comme ça avec moi, je sais que je risque pas de flancher au moment de la défendre. Y a certains trucs qui donnent du cœur au ventre à un homme. De temps en temps je lui jette un coup d’œil en biais. Elle avance la tête basse, plongée dans ses pensées, les yeux fixés au sol. Ca m’embête qu’on se parle pas. Je finis par lui demander comment s’appelle son gamin. Loïc. Ok, j’enregistre. Je lui dis mon nom à tout hasard, mais elle s’en fout royalement. Elle enchaîne pas non plus en me donnant le sien. Un peu mortifié, je ferme ma gueule et je continue à marcher.

Et brusquement elle m’attire dans l'encoignure d’une porte, elle ferme ses doigts glacés sur ma nuque et elle me donne un baiser de dingue. Ca dure un moment et c’est tellement intense que je perds mon souffle.  Je la serre contre moi dans un geste instinctif et je la sens si frêle et si délicate que j’ai peur de la casser. Y a le goût de son sang dans ma bouche, sa langue sur la mienne, la chaleur de son souffle à l’intérieur de moi. Elle a sa cuisse collée sur mon entrejambe et son autre main qui presse mes reins. Quand elle s’écarte de moi, beaucoup trop vite, je suis déjà sur le point de bander. Elle me sourit avec une mine d’ange, murmure que je suis vraiment très gentil de l’aider à retrouver son fils, prend ma main et se remet à marcher, me tirant à moitié derrière elle tant je suis sous le choc.

            Il me faut une bonne centaine de mètres pour me ressaisir et je serre doucement ses doigts lovés au creux des miens. Elle ne me regarde pas, mais elle sourit à l’obscurité. On marche encore une bonne heure comme ça et je me sens incroyablement bien, simplement parce que je suis avec elle. Je me rends compte que je sais même pas son nom, que je sais absolument rien d’elle, mais que j’en suis déjà raide amoureux. Ca m’effraie un peu et en même temps c’est incroyablement jouissif. J’avais jamais rencontré une fille comme ça, elle est presque inhumaine tellement elle est extraordinaire.

            Petit à petit on se rapproche du centre-ville, tranquillement. On se balade pas, mais presque. Ca m’étonne qu’elle soit pas plus pressée de retrouver son gamin, puisque c’est pour ça qu’elle est venue me voir, mais en même temps je m’en contrefiche. Tout ce qui compte pour moi, c’est d’être avec elle et j’ai pas envie qu’on arrive quelque part et qu’elle lâche ma main. Je me sens prêt à marcher pendant tout le reste de ma vie tellement j’adore cet instant unique.

            Malheureusement on finit par arriver à proximité de la zone piétonne, là où se regroupent tous les bars et les restos. La plupart sont déjà fermés vu l’heure et le jour, mais de loin elle m’en montre un où y a encore de la lumière et m’explique que le type, Fred, vient souvent là. Elle est pas sûre qu’il y sera, mais au pire y aura forcément des mecs qui sauront où il est. J’acquiesce avec indifférence. Ca m’intéresse plus vraiment tout ça, je suis comme hypnotisé par le balancement de ses épaules quand elle marche et les mouvements chaotiques de ses cheveux humides. J’ai envie d’elle, le reste n’a plus aucune importance.

            Quand on passe sous un lampadaire, je remarque vaguement que la trace de coup a disparu sur son visage, mais ça m’atteint pas. Plus rien peut m’atteindre à part ses sourires et son regard. Justement elle me sourit, presque timidement, me demande encore si je suis sûr que ça me dérange pas de faire ça pour elle. Je lui réponds que j’espère qu’elle plaisante, que c’est un plaisir, que je suis super content d’avoir fait sa connaissance et de pouvoir lui être utile. Elle me promet de m’inviter à bouffer chez elle pour me remercier. Je m’efforce de pas avoir l’air d’un con en me jetant à ses pieds pour lui dire à quel point je la vénère. C’est dur.

            Finalement on se retrouve devant le bar qu’elle m’a indiqué. C’est un lieu où on boit surtout de la bière en écoutant des vieux morceaux de rock et en tournant autour de quelques tables de billard, le genre d’endroits qu’on voit surtout dans les films américains et où ça finit toujours en baston générale. Y a deux ou trois petits groupes d’étudiants qui discutent bruyamment en sirotant leurs boissons et, un peu plus loin, le coin des habitués, les anciens, qui se prennent pour des cow-boys et se donnent des airs de dur. Evidemment c’est vers eux qu’elle se dirige.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anaïs Cros - dans Textes
commenter cet article

commentaires

Dharmakylune 26/02/2009 12:02

évidemment je me dirige vers la suite (avant qu'il ne se réveille sur son pendentif ?!)

Anaïs 09/12/2008 15:38

Ah ben y a des moments où j'en ai marre du tout public et où je me lâche un peu. ;o)
Ca ne devrait faire qu'empirer au fil de mes prochaines oeuvres. :o)

brisheart 09/12/2008 15:33

ca c'est de l'ambiance que j'aime!! ca sens la sueur!!! et bien je ne te connaissai pas comme ça en tant qu'auteur anais!! c super sexuAl !-)

Anaïs 08/12/2008 11:43

Il est certain que la demoiselle n'est pas tout à fait n'importe qui... ;o)
Oh my goodness pour la faute !!!!! Honte sur moi ! Et pourtant je l'ai relu au moins deux fois... Ah la la... Je vais corriger ça de suite !

Lothar 07/12/2008 20:30

Il s'est complètement fait embobiner le gars ! A mon avis il ne va pas tarder à lui arriver des bricoles pas sympas ^^
C'est étonnant qu'il ne soit pas plus prudent, après tout il ne la connait pas cette fille... mais peut être l'a t'elle ensorcelé ! ;)

Ah j'ai repéré une faute pas jolie : quand elle l'embrasse tu as écris "je la sers" ^^

Présentation

  • : Les Lunes de Sang
  • Les Lunes de Sang
  • : Je suis auteur et le but de ce blog est de communiquer avec mes lecteurs, autour de ma série de fantasy Les Lunes de Sang et de mon roman fantastique La Mer des Songes, mais aussi de futures publications éventuelles, de manifestations auxquelles j'aurais l'occasion de participer, etc. Pour en savoir plus sur mes romans, n'hésitez pas à cliquer sur les catégories qui portent leur nom. Et pour me contacter, laissez un commentaire. Je reviendrai vers vous dès que possible. Merci de votre visite !
  • Contact

Mes romans

les lunes de sang MB 01

 

lokomodo La Lune Noire

 

Lune de sang3 lokomodo 2012b

 

Lokomodo crepuscules 2013

 

Mer des Songes couv-blog