Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2008 5 10 /10 /octobre /2008 09:31
Bonne journée !
@+


                                                                       31


Il s’était adossé au mur, regardant autour de lui avec un début de panique, la main déjà sur son pistolet tandis que son crochet menaçait toujours le vieil homme qui n’osait plus bouger, à peine respirer.

- James… ? murmurai-je avec inquiétude.

Il me fit signe de me taire avec colère et prêta l’oreille à la nuit. Je fis de même, mais je ne perçus strictement rien et mon inquiétude ne fit qu’augmenter. Il se tourna soudain vers moi et je frémis en voyant la peur dans ses yeux bleus.

- Tu as entendu ? chuchota-t-il avec angoisse.

- Entendu quoi ? demandai-je anxieusement.

- Tu n’entends pas ? insista-t-il. Tic tac… tic tac… Ce maudit crocodile ! Il m’a retrouvé !

Il se mit à jeter des regards terrifiés autour de lui, comme s’il s’attendait à voir le crocodile surgir dans l’escalier. Je redescendis les quelques marches qui nous séparaient.

- James, tentai-je de le raisonner, il n’y a pas de tic tac, je n’entends rien, je t’assure. C’est la fièvre qui…

Il me dévisagea avec fureur. Et soudain, d’une manière totalement inattendue, il se tourna vers le concierge et l’immobilisa contre le mur.

- C’est vous qui l’avez appelé, n’est-ce pas ? gronda-t-il. Vous ! Je parie que vous êtes un complice de Pan ! Mais vous ne m’aurez pas aussi facilement ! Je vais vous tuer !

Joignant le geste à la parole, il leva son crochet, s’apprêtant à frapper. Le vieil homme laissa échapper un gémissement de terreur, ses jambes se dérobant sous lui. Je me précipitai. Dieu merci, James était sérieusement affaibli par la fièvre sans quoi je n’aurai jamais pu retenir son bras. Je l’empêchai de tuer le vieil homme, mais il se retourna soudain contre moi, chercha à me frapper, me fit basculer en arrière. Je tombai lourdement sur l’escalier, les marches me rentrant dans le dos, et il m’écrasa de tout son poids. Je faillis hurler de douleur, mais je ne parvins pas à prendre assez d’air pour le faire. Les larmes jaillirent de mes yeux sans que je puisse les empêcher et je me mis à trembler. James ne parut pas s’en rendre compte.

Appuyé sur moi, il regardait autour de lui d’un air traqué. Il tourna soudain vers moi ses yeux envahis de cet horrible brouillard rouge. Son visage était si proche du mien que je pouvais sentir la chaleur qu’irradiait sa peau et l’odeur rance de la sueur maladive qui inondait tout son corps. La fièvre le dévorait.

- James, je t’en prie ! parvins-je à gémir.

Je voulus le repousser, mais sa main se referma brusquement sur ma gorge, coupant ma respiration.

- Tais-toi ! souffla-t-il.

Malgré son état je fus incapable de déserrer l’étau de ses doigts, étouffant à moitié. Des étoiles commençaient à danser devant mes yeux lorsqu’il me relâcha brusquement, se redressant à demi, portant la main à son front. J’avalai aussitôt une immense goulée d’air, toussai, frémissante. Il secouait la tête, une expression paniquée sur son visage ravagé par la fièvre.

- Je l’entends ! chuchotait-il. C’est impossible ! J’ai tué ce maudit crocodile ! Je l’ai éventré quand nous sommes tombés à l’eau ! Il n’a pas pu revenir ! Mais… Tic tac tic tac… je l’entends ! Par tous les démons de l’Enfer !

Je commençai tout juste à reprendre ma respiration lorsque ses yeux se posèrent à nouveau sur moi. Il parut avoir du mal à se rappeler qui j’étais, puis pointa soudain vers moi un crochet menaçant.

- C’est toi qui m’as trahi, n’est-ce pas ? lança-t-il avec rage. C’est toi qui as dit à Pan de ramener ce crocodile ici ! Je… je vais te tuer !

Il allait se jeter sur moi, mais une violente douleur parut soudain le transpercer et il s’effondra sans un son. Je voulus me précipiter pour l’aider, mais une voix impérieuse m’en empêcha.

- Mademoiselle ! Il faut que je sorte !

Je dévisageai Outroupistache quelques secondes sans comprendre, puis me relevai aussitôt. Je ne sais où je trouvai la force nécessaire, mais j’arrachai ses clés au concierge médusé, enjambai le corps immobile de James, escaladai rapidement les dernières marches et ouvris la porte qui menait sur le toit.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anaïs Cros - dans Textes
commenter cet article

commentaires

Dharmakylune 26/02/2009 10:51

mais que se pâââââsse-t-il

Anntoria 10/10/2008 22:46

Crochet est-il devenu fou ??!
Le crocodile est-il ressuscité ??
Quel suspens ! Vite la suite !

Présentation

  • : Les Lunes de Sang
  • Les Lunes de Sang
  • : Je suis auteur et le but de ce blog est de communiquer avec mes lecteurs, autour de ma série de fantasy Les Lunes de Sang et de mon roman fantastique La Mer des Songes, mais aussi de futures publications éventuelles, de manifestations auxquelles j'aurais l'occasion de participer, etc. Pour en savoir plus sur mes romans, n'hésitez pas à cliquer sur les catégories qui portent leur nom. Et pour me contacter, laissez un commentaire. Je reviendrai vers vous dès que possible. Merci de votre visite !
  • Contact

Mes romans

les lunes de sang MB 01

 

lokomodo La Lune Noire

 

Lune de sang3 lokomodo 2012b

 

Lokomodo crepuscules 2013

 

Mer des Songes couv-blog