Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2008 4 09 /10 /octobre /2008 09:21
Bonne journée !
@+


                                                                                        30


Nous nous immobilisâmes aussitôt. Je tournai un regard consterné vers mes compagnons. Outroupistache avait froncé les sourcils, mais James affichait un sourire de mauvais augure pour notre agresseur.

- Retournez-vous lentement, ajouta la voix.

Nous obéîmes et nous retrouvâmes face à un homme d’une bonne soixante d’années qui pointait un fusil sur nous. Il portait une robe de chambre qu’il avait apparement enfilée avec précipitation, ses cheveux étaient décoiffés et ses yeux encore gonflés de sommeil. Une porte ouverte derrière lui laissait entrevoir l’intérieur d’une petite chambre. Il s’agissait probablement d’un genre de concierge. Il était plutôt grand et bien bâti, mais il semblait bien plus effrayé que nous et luttait pour se donner bonne contenance.

- Les mains en l’air ! fit-il encore en ayant l’air de se demander si un tel ordre était réellement approprié.

J’hésitai à obéir. Ce ne fut pas le cas de James. Il leva tranquillement les bras et l’homme écarquilla les yeux en découvrant son crochet.

- Bon dieu mais qui êtes-vous ? s’exclama le vieil homme d’une voix sourde.

James eut un sourire dangereux. Il fit un pas en avant, s’arrêta au milieu du second. Son sourire se transforma un instant en grimace et je crus qu’il allait s’effondrer, mais il possédait d’incroyables ressources. Il se ressaisit et continua à avancer nonchalamment vers le vieil homme. Celui-ci reculait au fur et à mesure, ne sachant visiblement comment réagir. Lorsqu’il fut coincé contre le mur, il redressa son arme et en menaça James.

- N’avancez plus !

James désobéit allègrement.

- Laissez-moi me présenter, fit-il d’un ton tout à la fois aimable et arrogant. Capitaine James Crochet.

Il fit mine de tendre la main au vieil homme et écarta brusquement son fusil. Le temps d’un battement de cil et le concierge se retrouva plaqué contre le mur, un crochet sous la gorge, incapable d’articuler un son, les yeux exorbités par la terreur. Je me précipitai.

- James ! murmurai-je. Tu ne vas pas le tuer, n’est-ce pas ?

Crochet haussa les épaules.

- Et pourquoi pas ? répliqua-t-il avec un sourire à l’adresse du vieil homme. Je n’ai tué personne ces derniers temps, ça commence à me manquer.

- James ! me révoltai-je.

Il m’ignora et je compris que j’employais une mauvaise méthode.

- Il doit savoir où sont les enfants, repris-je d’un ton plus mesuré, il pourra nous conduire sur le toit, nous avons besoin de lui.

Cette fois il parut hésiter.

- Vite ! nous pressa Outroupistache. Nous devons nous hâter avant que quelqu’un d’autre ne se réveille !

Crochet ferma quelques secondes les yeux, puis James arracha soudain le vieil homme du mur, son crochet toujours appuyé sur sa gorge et le tint devant lui.

- Menez-nous aux enfants sur-le-champ ! gronda-t-il à son oreille.

Je vis que le vieil homme allait protester et m’empressai d’intervenir.

- Je vous promets que nous ne leur voulons pas de mal, monsieur ! murmurai-je. Vous devez me croire, nous avons simplement besoin d’eux ! Nous ne les toucherons pas !

Le concierge hésitait encore, mais James accentua sa pression sur sa gorge.

- Je vous déconseille de m’impatienter ! menaça-t-il.

Je lançai un regard suppliant à notre prisonnier et il finit par acquiescer tant bien que mal. Il nous désigna l’escalier et nous nous empressâmes de le gravir, éteignant à nouveau la lumière. Nous arrivâmes dans un long couloir avec d’un côté une rangée de fenêtres qui donnaient sur un grand jardin et laissaient entrer la lumière de la Lune, et de l’autre côté une rangée de portes.

- Les chambres des enfants…, murmura le vieil homme d’une voix rauque.

Nous nous dirigeâmes vers la première porte. Je me tournai encore vers le concierge avant d’ouvrir.

- Tout va bien se passer, tentai-je de le rassurer.

Ou était-ce moi-même que je voulais rassurer ? Le vieil homme me dévisagea avec incompréhension et je me détournai. J’ouvris lentement la porte.

La chambre était assez grande et contenait une dizaine de lits disposés par paires superposées. Dans chacun dormait un enfant entre cinq et dix ans. Outroupistache se faufila dans la pièce, évitant les jouets et les vêtements qui trainaient sur le sol. Il grimpa sur le premier lit et se pencha sur un premier enfant. Sa main fit quelques passes étranges au-dessus de la tête du petit garçon endormi et se mit bientôt à en tirer un long fil doré et scintillant qui s’enroula autour de son bras, semblable à une traînée d’étoile filante. J’entendis le vieil homme étouffer une exclamation, mais fus incapable de me détourner pour le regarder.

Outroupistache escalada ensuite habilement les barres de bois jusqu’au lit supérieur et répéta la même opération. Un autre fil ondulant vint rejoindre le premier, d’une couleur rouge à la fois brillante et douce. Il parcourut de la même manière tous les lits de la chambre, capturant tous les rêves mouvants en longs fils colorés et scintillants comme des ailes de fée qu’il mettait de côté autour de son bras.

Nous passâmes ainsi d’une chambre à l’autre jusqu’à ce qu’Outroupistache se déclare satisfait, son bras disparaissant sous un arc-en-ciel étincelant. Le vieil homme ne protesta plus le moins du monde lorsque nous lui demandâmes de nous conduire jusqu’au toit. C’était sans doute mieux, car je voyais que James commençait à laisser voir des signes de faiblesse grandissants.

Le concierge nous fit monter un nouvel escalier, puis ouvrit grâce à ses clés une porte tout au bout d’un couloir, dévoilant encore quelques marches. Nous nous autorisâmes à allumer la lumière maintenant que nous étions loin des chambres et entreprîmes de monter encore. Nous étions au milieu de l’escalier losque James s’arrêta brusquement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anaïs Cros - dans Textes
commenter cet article

commentaires

Dharmakylune 26/02/2009 10:47

sublime la description ! "traînée d'étoile filante" "rêves mouvants" "ailes de fée" "arc-en-ciel étincelant" magique

Flo:) 09/10/2008 23:48

tsin!!! merci Anaïs, grâce à toi (je tu aussi^^) j'ai mon istoire avant de me coucher:))

Présentation

  • : Les Lunes de Sang
  • Les Lunes de Sang
  • : Je suis auteur et le but de ce blog est de communiquer avec mes lecteurs, autour de ma série de fantasy Les Lunes de Sang et de mon roman fantastique La Mer des Songes, mais aussi de futures publications éventuelles, de manifestations auxquelles j'aurais l'occasion de participer, etc. Pour en savoir plus sur mes romans, n'hésitez pas à cliquer sur les catégories qui portent leur nom. Et pour me contacter, laissez un commentaire. Je reviendrai vers vous dès que possible. Merci de votre visite !
  • Contact

Mes romans

les lunes de sang MB 01

 

lokomodo La Lune Noire

 

Lune de sang3 lokomodo 2012b

 

Lokomodo crepuscules 2013

 

Mer des Songes couv-blog