Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 09:51
On s'approche de la fin... ;o)
Bonne journée !
@+



                                                                                                    29

            Le reste du trajet s’écoula dans le calme. Outroupistache ne parlait plus, à nouveau plongé dans ses pensées. James avait laissé sa tête rouler sur l’appuie-tête, les yeux fermés, et sa main reposait sur la mienne au-dessus du levier de vitesse, grande, brûlante. Enfin un panneau indiqua la sortie que nous devions prendre et même, à mon grand soulagement, la direction de l’orphelinat.

 James retira sa main et je rétrogradai progressivement. Quelques tours de rond-points et j’accélérai à nouveau sur une ligne droite. Je roulais si vite que je faillis rater la petite route qui menait à l’orphelinat, obligée de freiner brutalement. Outroupistache se cogna brutalement dans le siège devant lui, grognant, et James me fit remarquer sarcastiquement qu’il comprenait mieux pourquoi j’avais insisté pour qu’il mette sa ceinture. J’accueillis cette réflexion avec un mélange d’énervement et de satisfaction. Tant qu’il se montrait désagréable cela signifiait qu’il avait l’esprit clair même si j’aurais volontiers accueilli une autre manifestation de son état. Outroupistache m’affirma qu’il n’avait rien et nous arrivâmes bientôt devant un large portail en métal fermé par une chaîne cadenassée.

L’orphelinat était installé dans un ancien château et admnistrait également toutes les anciennes dépendances, ce qui constituait un assez grand domaine qui semblait entièrement ceint par un mur haut de plus de deux mètres. J’allais proposer à mes compagnons d’en faire le tour pour trouver une faille, mais James sortit soudain de la voiture, non sans s’être débattu contre la ceinture avec impatience. Il se dirigea droit vers la grille. A la lumière des phares nous le vîmes saisir le cadenas, le tourner vers lui, puis abattre brusquement son crochet dessus. Deux coups suffirent pour que le cadenas cède et que la chaîne glisse lentement sur le sol. Le portail s’ouvrit et James nous fit signe de le rejoindre.

Je garai la voiture sur le bord de la route et coupai le moteur. Nous étions en train d’entrer par infraction, de commettre un acte illégal, et pour la première fois je me rendais compte des possibles conséquences de tout ceci. Mais ce n’était guère le moment de s’attarder là-dessus. James se dirigeait déjà vers la masse sombre du petit château, précédé d’Outroupistache. Je me hâtai de leur emboîter le pas.

Il était plus d’une heure du matin et tout semblait calme dans le bâtiment. La nuit était claire, la pleine Lune offrant sa face ronde au monde, et il faisait froid, une légère brise soulevant les cheveux de James. Malgré la fraîcheur, je le vis essuyer la sueur sur son front et cela ne fit que renforcer mon inquiétude.

Nous arrivâmes enfin devant un large escalier qui menait à une terrasse. La porte d’entrée donnait dessus, ainsi que plusieurs porte-fenêtres aux volets clos. Sans une once d’hésitation James se dirigea vers ces dernières. Il tira son épée dont il glissa la fine lame entre les interstices des volets jusqu’à parvenir à soulever le crochet qui les retenait. Il écarta tranquillement les panneaux de bois et examina rapidement la fenêtre. Je l’observai avec un mélange d’admiration et de malaise. Il était plus qu’heureux qu’il fut venu avec nous, sans lui nous aurions été bien en peine d’entrer.

Les fenêtres étaient découpées en carreaux et il en brisa soudain un avec son crochet. Il passa rapidement son bras par le trou, attrappa la poignet et ouvrit. Puis il s’immobilisa sur le seuil d’un grand bureau assez luxueusement meublé et tendit l’oreille, aux aguets. Je me tenais juste derrière lui, le cœur battant, terrifiée à l’idée qu’il ait pu donner l’alerte. Mais aucun bruit ne nous parvint du grand bâtiment et nous nous glissâmes dans le bureau.

- Il faut trouver les chambres des enfants, murmura Outroupistache. Et ensuite il faudra monter sur le toit…

Je le maudis intérieurement de ses exigences, mais nous n’avions pas le choix. Comme nous traversions silencieusement le bureau, James s’arrêta soudain devant moi, cherchant à se retenir à quelque chose. Je parvins tout juste à le rattrapper avant qu’il ne s’écroule. Il prit appui sur moi de tout son poids et je retins un grognement. Il porta la main à son visage et se mit à masser ses tempes avec des gestes douloureux. Je regrettai que l’obscurité m’empêche de voir son expression.

- Tu devrais retourner à la voiture et nous y attendre, murmurai-je à son oreille. Tu n’es pas en état de continuer…

Ces quelques mots durent piquer au vif son orgueil car il se redressa presque aussitôt.

- Je vais très bien, répliqua-t-il stupidement. Je n’ai pas besoin de tes conseils.

Je soupirai.

- Maudit pirate entêté ! lui lançai-je vertement à mi-voix.

Et je le lâchai brusquement. Ses jambes faillirent le trahir, mais il parvint à se maîtriser et reprit son chemin, me tournant ostensiblement le dos. J’avais envie de l’étrangler pour être aussi orgueilleux et arrogant, et en même temps je ne pouvais m’empêcher de ressentir une certaine fierté. Je n’en demeurai pas moins sur mes gardes, prête à le rattrapper au cas où il aurait une nouvelle faiblesse.

Outroupistache nous attendait impatiemment devant la porte, trop petit pour l’ouvrir, les poignées étant inhabituellement hautes comme si elles dataient de la même époque que les vieux murs. James poussa doucement le panneau de bois et nous découvrîmes un large hall sur lequel donnait au moins quatre portes et un grand escalier. Nous nous avancions prudemment vers ce dernier lorsque la lumière s’alluma brusquement, nous éblouissant.

- Ne bougez plus ! lança derrière nous une voix anxieuse.


Partager cet article

Repost 0
Published by Anaïs Cros - dans Textes
commenter cet article

commentaires

Dharmakylune 26/02/2009 10:34

j'aime beaucoup ce qu'offre la lune mais aaaaaaaaaaaaah fuck j'me jette sur la suite de suite

Anaïs 09/10/2008 10:27

Merci pour ton commentaire, Flo (je me permets de te tutoyer ;o) ! Contente que ça te plaise !
Anne : tu bluffes ! ;o)

Anntoria 09/10/2008 08:34

Attention Benjamin derrière toi c'est affreux !!! lol
La suite !!!!

Flo:) 09/10/2008 00:37

Bonjour ici!
Oooh, j'ai tout lu et je suis pas fâchée d'arriver alors que la fin approche!!!
J'adore! C'est fantas(ma)tique, hmmmm.... Crochet revisité, wiwiwi, je signe^^
Bravo, hein!

Présentation

  • : Les Lunes de Sang
  • Les Lunes de Sang
  • : Je suis auteur et le but de ce blog est de communiquer avec mes lecteurs, autour de ma série de fantasy Les Lunes de Sang et de mon roman fantastique La Mer des Songes, mais aussi de futures publications éventuelles, de manifestations auxquelles j'aurais l'occasion de participer, etc. Pour en savoir plus sur mes romans, n'hésitez pas à cliquer sur les catégories qui portent leur nom. Et pour me contacter, laissez un commentaire. Je reviendrai vers vous dès que possible. Merci de votre visite !
  • Contact

Mes romans

les lunes de sang MB 01

 

lokomodo La Lune Noire

 

Lune de sang3 lokomodo 2012b

 

Lokomodo crepuscules 2013

 

Mer des Songes couv-blog