Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 13:08
Hello !

Suite à l'insistance de Dharmakylune, voilà la suite. ;o)

@+



                                                                                             5

            Lune-de-jour ne put s’empêcher d’hésiter au moment où l’eau enserra ses chevilles. Sa respiration s’accéléra et il-elle sentit un poids douloureux au creux de son ventre. Une telle malveillance se dégageait du bassin, cela en était terrifiant. Comment pouvait-il-elle être né-e de ce qui croupissait au fond de cette eau putride à la surface noire et impénétrable ? Lune-de-jour savait que les druides comme lui-elle avaient été rares au cours de l’histoire de Ferhir, la plupart régnant d’une manière tyrannique et sauvage, aussi beaux-belles que cruels-cruelles, et il-elle sentait confusément qu’il-elle allait devoir rendre compte de cette différence. Le peuple l’avait aimé-e, mais la mort allait le-la haïr.

            Lune-de-jour voulut reculer, mais cette fois les prêtres le-la poussèrent en avant sans ménagement. Ils avaient l’habitude de voir les Equilibrés se dérober face à la mort et il était de leur devoir de les contraindre à accepter la fin du cycle. Lune-de-jour ne leur en voulait pas pour ça, mais il-elle se sentait furieux-se et humilié-e par le regard satisfait et méprisant de Langraf. Il ne fallait pas lui donner plus de raisons de se réjouir.

            Lune-de-jour prit une profonde inspiration, ferma les yeux, et s’avança rapidement dans le bassin. Il-elle avait de l’eau jusqu’à la taille lorsqu’il-elle sentit de longues choses fines s’entortiller autour de ses jambes. Au début la sensation fut plutôt étrange sans être désagréable, mais rapidement les fils invisibles se mirent à diffuser une chaleur électrisante, brûlant sa peau. Lune-de-jour retint un cri de douleur et ses jambes se dérobèrent sous lui-elle. Alors commença la longue torture.

            Se débattant pour garder la tête hors de l’eau et pouvoir respirer, Lune-de-jour sentit les fils invisibles lacérer cruellement tout son corps, répandant une douleur cuisante, injectant dans ses veines un poison qui transforma son sang en lave brûlante. Suffoquant, rendu-e fou-folle par la douleur, il-elle crut qu’il-elle allait mourir, mais cela aurait été trop simple. Avec une force brutale des tentacules noires l’attirèrent au fond de l’eau et plaquèrent son corps martyrisé contre une masse informe et visqueuse. Une vague de dégoût donna à la druide la force de se débattre encore. Il-elle parvint même à se dégager et, donnant un coup de pied dans le sol, à remonter à la surface. Il-elle eut tout juste le temps de prendre une goulée d’air, d’apercevoir les prêtres regroupés dans un coin, et les tentacules le-la ramenèrent tranquillement sous l’eau, vers la chose.

            Lune-de-jour ouvrit la bouche, chercha à avaler de l’eau, à se noyer, mais de nouveaux fils se glissèrent dans ses narines et dans sa gorge, l’obligeant à respirer par leur intermédiaire, portant la douleur jusque dans ses entrailles. Les tentacules l’écartelèrent et collèrent son bas-ventre contre la chose. Luttant désespérément et vainement pour perdre conscience, Lune-de-jour eut un hoquet d'horreur lorsque que quelque chose d’énorme se glissa lentement en lui-elle tandis que la chose engloutissait son pénis à l’intérieur de sa masse visqueuse. Malgré les fils dans sa bouche, la druide hurla lorsque son sexe externe fut sectionné et un liquide brûlant déversé dans son ventre. La souffrance le-la submergea, embrasant son esprit comme l’Océan des Flammes à la nuit tombée, annihilant chaque parcelle de sa volonté, détruisant toute sa capacité de penser, brisant son âme jusqu’à ses tréfonds les plus secrets. Tout s’écroula en lui-elle et il-elle s’abandonna à son bourreau.

            La chose s’amusa encore un moment, blessant, frappant, torturant ce corps autrefois si beau, jouissant d’une douleur trop rare. Voilà d’où naissait l’Equilibre, de cette souffrance ultime, et la chose savait, à en juger par ce que ressentait son enfant, que la prochain-e druide serait tout à fait extraordinaire. Cependant la chose finit par se lasser de malmener le corps désormais inerte, attendit simplement que le pénis de son enfant ait fini de repousser, résista à la tentation de le dévorer encore une fois, et déposa tranquillement la druide à la surface de l’eau avant de se retirer à nouveau dans les profondeurs.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anaïs Cros - dans Textes
commenter cet article

commentaires

brice le 18/07/2008 08:51

moi j'attend qui y'est tout pour lire!-) oh le petit sal(t)o, mais vu le dernier commentaire de dharmakylie je dirai que c'est abject, horrible, monstreux et comment va finir!-)
bisou allé allé un peu plus vite s'il vous plait madame la caissière!!

Dharmakyliune 17/07/2008 15:04

aaaah c'est abject ! c'est torrible ! c'est monstrueux, mais comment ça va finir ???

Dharmakylune 17/07/2008 14:57

commentaire avant lecture : YOUPI j'aime insister lol

Présentation

  • : Les Lunes de Sang
  • Les Lunes de Sang
  • : Je suis auteur et le but de ce blog est de communiquer avec mes lecteurs, autour de ma série de fantasy Les Lunes de Sang et de mon roman fantastique La Mer des Songes, mais aussi de futures publications éventuelles, de manifestations auxquelles j'aurais l'occasion de participer, etc. Pour en savoir plus sur mes romans, n'hésitez pas à cliquer sur les catégories qui portent leur nom. Et pour me contacter, laissez un commentaire. Je reviendrai vers vous dès que possible. Merci de votre visite !
  • Contact

Mes romans

les lunes de sang MB 01

 

lokomodo La Lune Noire

 

Lune de sang3 lokomodo 2012b

 

Lokomodo crepuscules 2013

 

Mer des Songes couv-blog