Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2008 1 14 /07 /juillet /2008 21:13
Hello !

Et ça continue... ;o)

Bonne soirée !
@+



                                                                                                  4

             Lune-de-jour contempla Langraf avec un mépris à peine dissimulé. Le Grand Prêtre l’avait toujours dégoûté-é. Il-elle avait tout fait pour éviter sa nomination, mais l’homme était très habile, très intelligent, capable d’une très grande influence. La druide n’avait rien pu faire pour empêcher son ascension et il-elle sentait qu’il-elle le regretterait bientôt. Cependant Langraf lui souriait obséquieusement.

            - Votre Equilibre connaît la procédure, disait-il en dissimulant sa satisfaction avec peine. Nous devons nous rendre maintenant aux thermes.

            Lune-de-jour poussa un long soupir. Il n’y avait plus moyen de faire machine arrière maintenant, il-elle devait affronter son destin et s’offrir pour sauver le peuple de la colère des dieux comme tous ses ancêtres l’avaient fait avant lui-elle. Si seulement tout ce qui précédait ce sacrifice n’avait pas été nécessaire, Lune-de-jour aurait marché vers la mort avec sérénité. Mais il y avait tout le reste.

            Néanmoins la druide suivit Langraf qui ouvrit tranquillement la marche, faisant s’écarter la foule des courtisans sur son passage. Derrière Lune-de-jour et le Grand Prêtre venaient une dizaine de gardes en armure de nacre, davantage là pour impressionner que pour servir à quoi que ce soit. A moins, songea la druide, que Langraf ne craigne une attaque contre sa propre personne. Il-elle savait à quel point le Grand Prêtre était détesté de tous et il-elle espérait bien que cela finirait par lui jouer des tours.

            Mais ces pensées s’évanouirent lorsqu’ils pénétrèrent dans cette partie secrète des thermes où nul autre que les prêtres n’avait le droit de venir et Lune-de-jour regretta de ne pas avoir Nolim auprès de lui-elle. L’enfant aurait pu avoir un effet si apaisant sur lui-elle. Malheureusement lorsqu’il-elle l’avait fait chercher, on lui avait déclaré que le jeune garçon était introuvable et maintenant il n’était plus temps de s’en inquiéter.

            Lune-de-jour frissonna en découvrant le petit comité de prêtres qui attendaient au bord du bassin sacré. Tous portaient des vêtements noirs et affichaient des mines sombres et solennelles. Ils saluèrent respectueusement Langraf de loin beaucoup plus jeune que chacun d’entre eux, puis, tour à tour, ils vinrent baiser la main de Lune-de-jour, murmurant les paroles rituelles.

            La druide s’efforçait de ne rien laisser paraître, mais il-elle savait qu’il-elle ne parvenait pas parfaitement à dissimuler sa peur. Il-elle s’efforça de ne croiser aucun regard. Puis la voix mielleuse de Langraf s’éleva sous la voûte de pierre.

            - Si Votre Equilibre veut bien se donner la peine…

            Le Grand Prêtre laissa sa phrase en suspens et Lune-de-jour ferma un instant les yeux. Cette fois c’était vraiment le début de la fin. Il-elle raffermit sa volonté et leva lentement les bras en croix. Aussitôt les prêtres firent glisser sur le sol la robe à peine fermée qu’il-elle portait, dévoilant son corps témoin de son appartenance à l’Equilibre.

            Tandis que les prêtres procédaient aux vérifications d’usage, Langraf se retira légèrement dans l’ombre, dévorant la druide des yeux. L’homme le-la trouvait plus que désirable. Il aimait la blancheur spectrale de sa peau sur laquelle tranchait son ample chevelure noire, l’androgynie de son visage gracieux, la finesse de sa silhouette élancée, musclée sans être lourde, élégante sans être mièvre, et l’arrondi engageant de ses seins, la perfection de son ventre laiteux, et même l’aspect étrange de son sexe. Oui, même cela lui semblait désirable, le pénis anormalement long et fin et juste en-dessous, là où auraient dû se trouver les testicules, la fleur de chair si semblable à celle de sa maîtresse. Moitié homme et moitié femme, Lune-de-jour était l’incarnation d’un être parfait.

            Soudain Langraf croisa le regard bleu de la druide et il frémit en se rendant compte qu’il-elle avait saisi ce qui lui avait traversé l’esprit. Il-elle était très intelligent-e et observateur-trice, il-elle aurait pu devenir une druide très puissant-e si il-elle avait eu le goût du pouvoir. Mais ce n’était pas le cas et Langraf s’en était félicité à chaque fois qu’il avait pu gravir un échelon politique. Cette pensée le rasséréna et il s’autorisa un petit sourire sarcastique à l’adresse de la druide. Maintenant il-elle ne pouvait plus rien contre lui.

            Lune-de-jour se détourna du Grand Prêtre avec un frisson. Que ferait-il de Ferhir une fois qu’il serait régent ? Comment la nouveau-nouvelle druide parviendrait-il-elle à maintenir l’Equilibre au pouvoir une fois que Langraf aurait goûté à la charge suprême ? Lune-de-jour se rendit compte qu’il était trop tard pour songer à ces questions. Il-elle avait laissé s’écouler son règne avec indolence et avait œuvré au bien-être du peuple davantage qu’à l’avenir de sa lignée. Pourtant les deux n’étaient-ils pas inextricablement liés ? Lune-de-jour ne put ressasser ses regrets plus longtemps, déjà on le-la poussait doucement vers le bassin. Les prêtres chantaient les prières traditionnelles. Il était temps pour lui-elle de devenir père-mère.

           

            Ce qui était tapi au fond de l’eau, sombre et immobile, perçut un mouvement à l’extérieur. Une fine tentacule noire se déroula lentement, interrogeant les remous de l’eau. Oui, il s’agissait bien de son enfant qui venait enfanter à son tour. Un cycle s’achevait, un autre allait commencer, et ainsi survivrait la lignée des Equilibrés. La chose ramena tranquillement sa tentacule vers elle, dérangeant à peine le tapis d’os qui recouvrait le sol. Le dernier sacrifice qu’on lui avait consenti remontait à longtemps et la chose savait que cette faute incombait à l’enfant qui revenait maintenant à elle. La chose songea qu’il faudrait lui faire regretter cette insolence. Nul ne pouvait renier ainsi ses origines sans en payer le prix et la chose accordait beaucoup d’importance au respect qui lui était dû. Son enfant s’en rendrait vite compte.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anaïs Cros - dans Textes
commenter cet article

commentaires

Dharmakylune 17/07/2008 12:41

Hey oh, ça continue plus ???

Dharmakylune 15/07/2008 10:54

vite conte !!!!!

Présentation

  • : Les Lunes de Sang
  • Les Lunes de Sang
  • : Je suis auteur et le but de ce blog est de communiquer avec mes lecteurs, autour de ma série de fantasy Les Lunes de Sang et de mon roman fantastique La Mer des Songes, mais aussi de futures publications éventuelles, de manifestations auxquelles j'aurais l'occasion de participer, etc. Pour en savoir plus sur mes romans, n'hésitez pas à cliquer sur les catégories qui portent leur nom. Et pour me contacter, laissez un commentaire. Je reviendrai vers vous dès que possible. Merci de votre visite !
  • Contact

Mes romans

les lunes de sang MB 01

 

lokomodo La Lune Noire

 

Lune de sang3 lokomodo 2012b

 

Lokomodo crepuscules 2013

 

Mer des Songes couv-blog