Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2008 6 14 /06 /juin /2008 14:00
Hello !

Attention, avant-dernier chapitre !
On approche de la fin. ;o)

Bon week-end !
@+


                                                                                                 5

          Neo poussa un petit soupir de contentement. Ses doigts caressèrent doucement le visage de Katrin, balayant les mèches de cheveux qui voilaient ses joues. La jeune femme s’était endormie contre son torse, épuisée par la violence de leurs ébats. Neo s’en voulait un peu d’avoir été aussi brutal, mais il avait trop de temps à rattraper pour se permettre de la ménager. Le simple fait d’y repenser faisait renaître le désir en lui et il dut s’obliger à détourner son esprit, répugnant à aller jusqu’à réveiller sa compagne pour assouvir ses insatiables pulsions. Il se laissa aller sur l’oreiller et ferma les yeux, laissant défiler dans sa tête les images de cette journée, la plus belle journée de toute son existence.

            Il y avait d’abord eu le petit restaurant français, charmant, intime, romantique, empli de couples, d’odeurs douces et subtiles, d’une musique calme et apaisante. On leur avait servi une succession de plats délicieux accompagnés d’un vin qui avait coulé dans sa gorge comme du velours, nectar divin qui l’avait enivré. Il avait trouvé l’alcool si bon qu’il en avait en effet un peu abusé, au point que sa démarche n’était pas très assurée lorsqu’ils avaient quitté le restaurant. Katrin l’avait soutenu en riant, visiblement très amusée par son enthousiasme et sa fascination pour tout.

            Ils avaient ensuite passé un moment assis sur un banc, dans un parc, le temps que Neo retrouve un peu ses esprits. Regarder passer les gens, les enfants qui jouaient, les pigeons qui venaient mendier quelques miettes de nourriture, les vieux appuyés sur leur canne, les amoureux qui s’embrassaient, et écouter le vent dans les arbres, le pépiement des oiseaux, le son étouffé d’un orchestre installé à l’entrée du parc, les rires des petits d’hommes… Neo en avait empli ses yeux, ses oreilles, son cœur. Il en avait rempli son âme comme pour essayer de la soigner après ces années de sécheresse, de vie aride et inutile.

            Il aurait pu passer tout l’après-midi dans ce parc, sans se lasser de ce spectacle à chaque instant renouvelé, mais Katrin avait fini par le décider à aller ailleurs. Elle avait pris sa main et sans répondre à ses questions l’avait entraîné dans le métro. Ils s’étaient assis parmi les autres gens et la rame s’était enfoncée dans les entrailles de la ville. Mais à cet instant Neo ne songeait plus à observer la foule autour de lui. Une pensée s’était imposée à son esprit : ce métro fonctionnait grâce à l’énergie produite dans l’enfer dont il venait de s’échapper. Sans les créateurs, sans leur créativine, pas d’énergie, pas d’électricité, pas de carburant, pas de métro, de voitures, de lumière…

            En voyant son visage s’assombrir, Katrin avait serré sa main plus fort et dans son regard Neo avait compris qu’elle avait déjà ressenti ce qu’il éprouvait. Il s’était rapproché d’elle et la jeune femme avait passé un bras autour de ses épaules, le soutenant silencieusement, tendre et amicale. Leurs lèvres s’étaient effleurées, puis la rame avait rejoint une station et ils étaient descendus.

            En découvrant l’endroit où Katrin l’avait amené, Neo avait tout oublié. Ils avaient traversé une rue et s’étaient retrouvés sur une immense plage, presque entièrement vide en ce jour de travail. Du sable à perte de vue et l’océan, l’océan qui couvrait tout jusqu’à l’horizon, d’un vert sombre et profond. Après un regard à Katrin, Neo avait ôté tous ses vêtements et avait plongé dans l’eau. Il n’avait jamais appris à nager et l’océan était glacé, mais il s’y était baigné avec délice, s’ébattant comme un jeune chien, fou de joie. Katrin avait rassemblé ses vêtements jetés pêle-mêle et s’était assise sur le sable, l’observant avec un sourire tandis qu’il défiait les vagues, se jetait sous l’eau, criait et riait comme un enfant.

            Ils étaient restés là jusqu’à la nuit tombée et Neo s’était laissé sécher sur le sable, sous les rayons dorés et obliques du coucher de soleil. Ils étaient restés sans parler, échangeant quelques caresses, quelques baisers furtifs, se frôlant sans se toucher. Puis il avait commencé à avoir un peu froid, sensation merveilleuse, et il s’était rhabillé. Ils avaient repris le chemin du métro et avaient regagné le centre ville.

            Ils avaient acheté un repas à emporter chez un traiteur chinois et étaient retournés dans la chambre d’hôtel. Ils avaient mangé rapidement, parlant de tout et de rien, puis ils avaient tout laissé tomber pour faire l’amour. Sur le lit, sur la moquette, dans la douche. Encore et encore. Jusqu’à ce que Katrin implore merci. Et maintenant elle dormait contre lui, sa peau blanche et douce, chaude, contre la sienne.

            Neo se sentait vidé et paradoxalement plus vivant que jamais. Incapable de trouver le sommeil, il repoussa doucement Katrin et se leva. Il ramena prudemment les couvertures sur elle et gagna la fenêtre, plongeant à nouveau son regard dans la rue.

            Il était trois heures du matin, il n’y avait plus guère de circulation. Quelques phares de voitures parfois, quelques ombres sous les lampadaires. Neo appuya son front contre la vitre glacé, savourant la douleur qui se répandait sous son crâne jusqu’à en avoir les larmes aux yeux. Lorsqu’il se redressa Katrin se tenait derrière lui. Elle passa ses bras autour de son torse et appuya sa joue contre son dos.

            - A quoi tu penses ? murmura-t-elle.

            Neo mit un long moment à répondre.

            - Ces gens…, souffla-t-il. Tous ces gens… Ils ne sont pas plus mauvais que d’autres… Pourquoi est-ce qu’ils nous laissent subir tout ça ?

            Katrin soupira.

            - Ils ne connaissent pas la vérité, Neo, ils ne savent pas ce qui se passe derrière les murs de la société.

            - Pourquoi est-ce que personne ne dénonce ce qu’on ne nous fait ? Toi, tu aurais pu témoigner. Pourquoi tu ne l’as pas fait ?

            Katrin soupira encore, le serra davantage. Il sentit soudain quelque chose d’humide sur sa peau. Il se retourna vivement. Elle pleurait. Il la prit dans ses bras.

            - Pardon, chuchota-t-il. Pardon, mon ange…

            - Je ne pouvais pas…, gémit-elle. Être libre enfin… Je ne pouvais pas parler de tout ça, faire revenir tous ces souvenirs à la surface ! Je ne voulais pas ! Je suis lâche sans doute…

            Neo caressa ses cheveux, embrassa son cou.

            - Je comprends…

            - Toi, murmura-t-elle, tu le ferais ? Tu serais capable d’écrire un livre qui décrirait tout ça ?

            Neo hésita. Quelque chose dans cette question le troublait. Ecrire un livre ? Ecrire juste pour écrire, sans souci de production, de créativité, écrire pour montrer la réalité à tous… Etait-il capable de ça ?

            - Oui, finit-il par dire à haute voix. Oui, je le ferais. Je vais le faire…

            Katrin se détacha de lui, plongea son regard dans le sien.

            - Tu vas le faire ? répéta-t-elle.

            Neo hocha la tête avec une assurance grandissante.

            - Je vais le faire et avec ou sans l’aide de votre groupe je ferai en sorte que ce livre soit diffusé dans tout le pays.

            Katrin eut un sourire, s’empara de ses lèvres.

            - Je t’aime…, souffla-t-elle.

            Et elle passa ses bras autour de son cou et l’attira vers le lit.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anaïs Cros - dans Textes
commenter cet article

commentaires

Lothar 21/06/2008 15:03

Ya pas à dire, ce sont de gros coquinous ces deux là ^^

Dharmakylune 16/06/2008 09:57

le livre !!! :-)

Présentation

  • : Les Lunes de Sang
  • Les Lunes de Sang
  • : Je suis auteur et le but de ce blog est de communiquer avec mes lecteurs, autour de ma série de fantasy Les Lunes de Sang et de mon roman fantastique La Mer des Songes, mais aussi de futures publications éventuelles, de manifestations auxquelles j'aurais l'occasion de participer, etc. Pour en savoir plus sur mes romans, n'hésitez pas à cliquer sur les catégories qui portent leur nom. Et pour me contacter, laissez un commentaire. Je reviendrai vers vous dès que possible. Merci de votre visite !
  • Contact

Mes romans

les lunes de sang MB 01

 

lokomodo La Lune Noire

 

Lune de sang3 lokomodo 2012b

 

Lokomodo crepuscules 2013

 

Mer des Songes couv-blog