Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 12:14
Hello !

Voici la suite (et non la fin) de la nouvelle ! :o)

Bonne journée !
@+



                                                                                                   2

           Neo posa les yeux sur la bouillie dans son assiette et détourna aussitôt le regard, saisi d’une insupportable nausée. Il ne pouvait pas avaler ça, c’était totalement répugnant. Les autres autour de lui ne semblaient pas s’en rendre compte et mangeaient leur part dans un silence relatif, ne paraissant trouver la mixture ni bonne, ni mauvaise, se contentant d’accomplir un acte nécessaire pour leur corps mais dont leur esprit était détaché. Il y avait quelques conversations à voix basse, la plupart portant sur l’œuvre en cours des participants, chacun parlant de lui-même sans écouter l’autre. Neo se demandait si ces gens étaient réellement aveugles à la différence entre leur vie et ce qu’ils écrivaient, ou si leur apparent détachement n’était qu’une défense pour ne pas céder à l’autodestruction. Il enviait leur sérénité.

            Neo reporta les yeux sur son repas. Il devait manger. Non seulement parce que s’il continuait à se priver il finirait par tomber d’inanition, mais aussi parce que tôt ou tard la façon dont il se débarrassait de la nourriture avant le contrôle des assiettes serait découverte. La bouillie était composée d’éléments supposés faciliter la production de créativine, refuser de la manger revenait à refuser de participer à l’effort de production. Ce genre de manquements était extrêmement mal vu. Recyclage…

            Tout en nouant encore davantage son estomac, la peur poussa Neo à lever une cuillère vers ses lèvres. Il fallait manger, pour survivre. Il prit une profonde inspiration et avala la mixture sans même la mâcher, essayant d’éviter son goût autant que possible. Mais le relent âpre envahit brutalement sa gorge et son nez. Il porta la main à sa bouche et quitta brusquement sa place, se précipitant vers les toilettes.

            Par chance elles étaient vides. Il s’enferma dans le premier cabinet, se pencha sur la cuvette sale et se mit à vomir, s’appuyant au mur d’une main, l’autre crispée sur son estomac. La bile brûla tout son œsophage et il eut l’impression de régurgiter ses entrailles. Il s’étouffa à moitié, aveuglé de larmes, et finit par se laisser tomber à côté de la cuvette, appuyant son front sur la pierre froide et puante.

            Au bout d’un long moment, lorsque son estomac parut enfin être redescendu à sa place, Neo prit son courage à deux mains et tituba hors du cabinet, jusqu’aux lavabos. Il se rinça la bouche un nombre incalculable de fois, ayant la sensation écœurante que le goût ignoble de la bile s’était incrusté dans ses dents, et se passa de l’eau sur le visage, avant de se redresser enfin. Ce ne fut qu’à cet instant-là qu’il s’aperçut que quelqu’un l’observait depuis la porte.

            Une véritable terreur le saisit et il pivota lentement sur lui-même, se tournant vers l’intrus. L’homme était appuyé, dos à la porte, les bras croisés, et le regardait avec un mélange de tristesse et de pitié. Il s’agissait de Vladimir Ador, son chef de section. Neo eut un mouvement de recul, mais il était trop tard, il avait été vu en pleine crise. Il baissa les yeux et attendit la sentence avec résignation.

            - Monsieur Slave…, soupira l’homme. C’est bien ce que je craignais…

            Le ton qu’avait employé le chef de section était si inhabituel que Neo releva la tête pour le regarder. C’était bien quelque chose comme de la révolte qui miroitait dans les yeux de Vladimir.

            - Nous n’avons que peu de temps, poursuivit ce dernier. Rester trop longtemps seuls ici pourrait être suspect. J’irai donc droit au but : j’ai une très mauvaise nouvelle pour vous, monsieur Slave.

            - Une mauvaise nouvelle ? répéta Neo d’une voix étranglée, commençant à peine à se rendre compte que pour la première fois Vladimir s’adressait à lui en tant qu’individu et plus comme à un numéro parmi d’autres.

            - Malheureusement oui, acquiesça l’homme. Depuis quelque temps, les Lecteurs ont signalé que vos œuvres se ressemblaient toutes et de fait votre taux de créativine baisse chaque jour. Vous n’êtes plus assez productif, monsieur Slave. Vous allez être recyclé.

            Neo eut un long frisson, incapable de dire quoi que ce soit. Vladimir s’approcha de lui, posa une main lourde sur son épaule et plongea son regard dans le sien.

            - Je peux vous aider à échapper à ce sort, murmura-t-il. Je peux vous aider à vous évader d’ici, à retourner dans le monde extérieur, à être libre à nouveau.

            Neo fronça les sourcils, presque choqué.

            - Vous pourriez… ? Mais pourquoi prendriez-vous un tel risque… ? Pourquoi feriez-vous ça ?

            Vladimir s’approcha encore davantage de lui, collant presque sa bouche contre l’oreille de Neo.

            - Parce que j’appartiens à un groupe qui veut en finir avec la dictature de la créativine, parce que je suis infiltré ici pour permettre des évasions et pour étudier le système, afin de le détruire… Faîtes-moi confiance, monsieur Slave. Que pouvez-vous risquer de pire que d’être recyclé ?

            Neo frissonna encore et recula, la proximité du corps de Vladimir le mettant profondément mal à l’aise. Il se détourna, s’appuya sur un des lavabos et se regarda dans le miroir comme il l’avait fait cinq heures plus tôt en se levant. Echapper à tout ceci ? Il en rêvait depuis si longtemps. Mais était-ce réellement possible ? Est-ce que tout ceci était réel ? Est-ce qu’on ne cherchait pas à le piéger ?

            Il tourna un regard méfiant vers Vladimir. L’homme l’observait tranquillement, semblant certain de la décision qu’il allait prendre. Evidemment. Il n’y avait pas de choix à faire, à moins que l’on considère la vie et la mort comme deux options équivalentes. Neo plongea son regard au plus profond de son âme. Mourir en essayant de sortir d’ici. Oui, voilà qui était digne des centaines de héros qui avaient déjà défilé dans les pages de ses romans écrits au nom de la productivité. Il avait enfin l’occasion de se montrer à sa propre hauteur.

            Neo se tourna à nouveau vers Vladimir. L’homme lui souriait.

            - Que dois-je faire ? demanda l’écrivain d’une voix mal assurée, mais décidée.

            - Votre recyclage doit avoir lieu cette nuit, expliqua rapidement le chef de section. Ils viendront vous chercher dans votre chambre, il ne faut donc pas que vous rentriez dans les immeubles, car une fois enfermé à l’intérieur, il vous serait impossible d’en ressortir. Ce soir, lorsque tout le monde traversera la cour, vous vous cacherez derrière les bennes à droite de la porte. Vous y trouverez une corde munie d’un grappin. Attendez sans bruit et escaladez le mur d’enceinte à 23h15 précises. Je ferai en sorte de détourner l’attention des gardes à ce moment-là. Une fois de l’autre côté, longez le mur jusqu’à un magasin de chaussures et prenez la rue à droite. Une voiture vous y attendra. Des amis à moi qui prendront soin de vous. Maintenant, retournez dans la cantine et mangez. Vous aurez besoin de forces cette nuit.

            Neo eut un hochement de tête incertain et tendit la main à l’homme.

            - Merci…

            Vladimir lui sourit encore et serra chaleureusement sa main.

            - J’ai adoré vos premiers bouquins, fit-il pour toute réponse.

            Il accorda encore à Neo un clin d’œil et tourna les talons.

            - Soyez prudent, souffla-t-il avant de disparaître.

            Neo déglutit, jeta encore un œil à son reflet, essaya de se composer un visage un peu moins hagard et quitta à son tour les toilettes. Son assiette pleine était toujours à la même place. La bouillie avait cessé de fumer depuis un moment. Une tentative du bout des lèvres confirma à Neo qu’elle était froide, donc encore plus ignoble. Mais il fallait manger. Dans un effort surhumain, il s’obligea à avaler une première cuillère.

Partager cet article

Repost 0
Published by Anaïs Cros - dans Textes
commenter cet article

commentaires

Anaïs 12/06/2008 10:38

Hey, du calme, lectrice avide ! Je ne me lève pas si tôt que ça, moi ! ;o)

Anaïs 12/06/2008 10:38

Hey, du calme, lectrice avide ! Je ne me lève pas si tôt que ça, moi ! ;o)

Dharmakylune 12/06/2008 09:15

Heyyyyyyyyyyyy, c'est la grève de la créativine ???

Lothar 11/06/2008 11:45

Yes une évasion, ça risque d'être mouvementé ^^

Dharmakylune 10/06/2008 14:52

et le dessert ?? le chocolat c'est pas bon pour la créativine, comment ça je vais me faire recycler aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah vite derrière les bennes, j'attends !

Présentation

  • : Les Lunes de Sang
  • Les Lunes de Sang
  • : Je suis auteur et le but de ce blog est de communiquer avec mes lecteurs, autour de ma série de fantasy Les Lunes de Sang et de mon roman fantastique La Mer des Songes, mais aussi de futures publications éventuelles, de manifestations auxquelles j'aurais l'occasion de participer, etc. Pour en savoir plus sur mes romans, n'hésitez pas à cliquer sur les catégories qui portent leur nom. Et pour me contacter, laissez un commentaire. Je reviendrai vers vous dès que possible. Merci de votre visite !
  • Contact

Mes romans

les lunes de sang MB 01

 

lokomodo La Lune Noire

 

Lune de sang3 lokomodo 2012b

 

Lokomodo crepuscules 2013

 

Mer des Songes couv-blog